Attentats du 22/3. «La seule aide reçue est venue de France: un appartement à Bruxelles»

Il est déjà compliqué de perdre un proche. La douleur s’accroît encore lorsqu’un attentat frappe au hasard et vous enlève un être cher. Enfin, la douleur devient insupportable lorsque, comme des Don Quichotte, malgré vos efforts, l’aide promise n’arrive pas.

Lire la suite sur lacapitale.be

 

La commission d’enquête chargée d’examiner les circonstances qui ont conduit aux attentats terroristes du 22 mars 2016 a finalisé ses recommandations relatives aux dossiers qui intéressent les victimes et les proches des attentats. Parmi elles, on compte notamment la création d’un guichet unique pour les victimes ainsi qu’un changement de mécanisme d’indemnisation.

La commission a entendu le cri de détresse

La commission d’enquête a d’emblée entendu le cri de détresse lancé sans ambiguïté”, annonce le communiqué de la commission.

En effet, indique le président de la commission Patrick Dewael, “les victimes ont témoigné des nombreux problèmes auxquels elles ont été confrontées au cours des mois suivants. Il s’agit en l’occurrence de problèmes liés aux assurances, à la reconnaissance de leur statut, au labyrinthe que constitue notre appareil d’État, aux aspects psychologiques, aux problèmes financiers, etc.”

4 principes fondamentaux

Ces recommandations se fondent sur 4 principes fondamentaux: une reconnaissance rapide des victimes, une aide financière immédiate, un accompagnement proactif et individuel et un traitement équivalent des victimes.

Lire la suite sur RTBF.BE

Slate.FR | Antoine Hasday | , mis à jour le 21.04.2017 à 1 h 10

Les associations tentent de s’organiser pour mieux s’entraider et faire entendre leurs revendications auprès des autorités.

Life for Paris. 13Onze15 – Fraternité et Vérité. V-Europe. Promenade des anges –14 juillet 2016. Presque chaque attentat djihadiste commis ces dernières années en Europe a donné naissance à une voire plusieurs associations de victimes. Aujourd’hui, celles-ci cherchent à unir leurs forces au niveau européen, avec deux objectifs principaux en tête: apporter un soutien mutuel à leurs membres et obtenir un accompagnement digne des victimes d’attentats dans toute l’UE.

Le 22 mars 2016, Thomas Savary a perdu sa belle-mère dans l’attaque terroriste perpétrée à l’aéroport de Zaventem. Deux mois plus tard, lui et d’autres victimes des attentats de Bruxelles ont décidé de rencontrer les associations Life for Paris et 13onze15 –Fraternité et Vérité, fondées après le 13 novembre 2015, afin de bénéficier de leurs conseils. En Belgique, il n’existait alors pas d’équivalent de l’AFVT (Association Française des Victimes du Terrorisme) et de la FENVAC (Fédération Nationale des Victimes d’Attentats et d’accidents Collectifs). À l’exception d’un réseau de plaidoyer, Victim Support Europe.

Lire la suite sur Slate.fr